Accueil - Manuel de Pilotage-Couverture - Sommaire - Pilote et pilotage - Le poste de pilotage-sommaire - Le poste de pilotage-2-La sellette

Le poste de pilotage /2

La sellette

La sellette a pour mission d’accueillir le pilote et de le maintenir solidement. Elle permet d’accrocher les élévateurs de la voile. En option, la sellette  peut être équipée de protections passives, recevoir tout le système du parachute de secours, posséder des rangements, des réglages etc.

La sellette est aussi une des principales commandes permettant de piloter un parapente. Au delà du confort, le choix de la sellette est donc primordial pour la qualité du pilotage et les risques en cas d’incidents de vol.

Il existe une grande diversité de sellettes. Vous avez le choix! Chaque modèle a été conçu selon un certain cahier des charges: forme de pratique, budget, poids, confort, accessoires, etc. Il convient donc de faire le bon choix en fonction de sa forme de pratique.

 

Les différentes positions du pilote

La manière de se tenir dans sa sellette est personnelle.

Il y a 3 positions de pilotage:

  • La position assise
  • La position semi couchée
  • La position couché sur le dos

 

La position assise

C’est clairement la meilleure position. Elle permet à la fois un excellent pilotage sellette et une sécurité accrue en cas d’incident de vol.

Le buste du pilote doit être légèrement penché en arrière. L’assiette de la planchette doit permettre d’avoir les fesses légèrement plus basses que les genoux de manière à bien maintenir le pilote. L’angle entre le buste et le jambes doit être proche de 90°.

L’idéal pour le pilotage est de garder jambes repliées et les genoux écartés.

Je vous accorde que cette position n’est ni la plus gracieuse, ni la plus confortable. Mais c’est en gardant toutes les parties du corps près du centre de gravité qu’on obtient la meilleure stabilité sur tous les axes.

Tout le monde devrait voler en position assise!

Il faut avoir de bonnes raisons pour adopter une autre position.

Certes cette position n’est pas la plus confortable et il faut reconnaître que lors de très longs vols, le sang fini par manquer dans les jambes. La pratique régulière de vols de durée est donc une bonne raison de chercher une autre position.

 

La position semi couchée

Il s’agit de garder le buste à la même inclinaison, mais de tendre les jambes en avant grâce à un cale pieds.  Le sang circule mieux et le pilote fait un peut moins de traînée.

En revanche, en cas d’incident de vol, cette position rend le pilote beaucoup plus vulnérable au twist.  Surtout si le buste est trop incliné en arrière. Il faudra apprendre à revenir en position assise en cas de complications.

Attention! Si votre sellette est équipée d’un parachute de secours positionné sous les jambes du pilote (sous la planchette tout en avant) il ne faut jamais laisser pendre le cale pieds! Il y a un fort risque d’emmêlement avec le parachute de secours si jamais vous devez en faire usage. Dans l’image ci-dessous, le pilote a jeté son secours, mais le pod et la poignée du secours son restés coincés dans le cale pieds. Par chance, le pilote a réussi à se sortir de son problème. Souvent, lorsque le pilote tire son secours, il relâche les freins. Il arrête alors de surpiloter et la voile retrouve souvent son vol normal…

pod-dans-cale-pieds

L’emmêlement peut se produire aussi avec l’accélérateur.

Pour passer en position assise, il faut garder la sangle du cale pieds sur le tibia de la jambe côté poignée de secours. De même pour l’accélérateur.

 

La position couché sur le dos

Pour faire face aux incidents de vol, il n’est pas recommandé de voler avec le buste trop couché en arrière et les jambes tendues en avant.

Hormis le risque de s’endormir…

position-couchee

Cette position augmente fortement le risque de twist en cas d’incident de vol.

Vous devez avoir une bonne raison d’adopter une telle position: par exemple vous faites de la compétition à haut niveau et vous espérez remporter des podiums ou battre des records. D’accord… A vos risques et périls!

A mon avis, pour votre sécurité, votre sellette doit permettre de revenir facilement dans une position assise et avec un bon maintien du pilote. Malheureusement, il  n’existe pas beaucoup de sellettes répondant à ce cahier des charges.

 

Les sellettes spécifiques

 

Les sellettes légères pour la randonnée

Il existe un large choix de sellettes légères. Certaines sont radicales: ultra légères et compactes. Il ne faut pas s’attendre à beaucoup de confort. Juste de quoi redescendre de la montagne en volant quelques minutes. Ces sellettes sont démunies de protection.

Les pattellettes

Pour gagner en poids et en encombrement, la planchette a été supprimée. Elle est remplacée par des pattellettes. Le pilote est assis mais chaque cuisse est indépendante.

Ce système gomme une bonne partie du pilotage à la sellette. Les actions du pilote n’agissent pas beaucoup sur la voile.

 

Mais il existe aussi des sellettes légères, compactes et permettant un vol de performance. Parfois certains modèles sont même équipés de cocon.

 

Lorsque l’on recherche un sellette très légère et très compacte, il faut souvent sacrifier un peu de confort, les protections mais aussi la qualité du pilotage.

 

Les sellettes couchées avec cocon

Le cocon, également appelé “speedbag” est une sorte de housse englobant les jambes de manière à améliorer l’aérodynamisme du pilote.

Il est vrai que ces sellettes peuvent s’avérer très confortables et qu’elles tiennent chaud.

Si un pilote dans son cocon fait moins de traînée lorsqu’il est bien face au vent… il n’en va pas de même lorsque les filets d’air arrivent par le côté. Et cela arrive, notamment durant les incidents de vol.

Prenons un pilote dans son cocon et plaçons le dans une soufflerie. Le portique pouvant pivoter sur lui même autour de l’axe du lacet (grâce à un émerillon par exemple).

Tant que le pilote reste face au vent, son aérodynamisme est très bon.

cocon-1

Mais il suffit que le pilote éternue. Atchoum! Et qu’il place ses jambes légèrement en travers pour qu’il se mette à pivoter.

Si le vent vient de travers sur un pilote dans son cocon, le pilote va pivoter autour de l’axe de lacet. Dans le dessin ci-dessous, j’ai représenté le centre de gravité du pilote (cercle noir et blanc) et les élévateurs (en orange).

cocon-2

D’après vous dans quelle position le pilote va-t-il se stabiliser offrant le moins de traînée possible?

Certainement pas de profil. Car dans ce cas, une partie des filets d’air font pivoter le pilote dans un sens alors qu’une autre partie le font pivoter dans l’autre sens. Ici, le vent provient de la droite. Les filets d’air rouge tendent à faire tourner à gauche. Les filets d’air vert tendent à faire tourner à droite.

cocon-3

Les jambes offrent davantage de surface au vent que la partie profilée à l’arrière de la sellette. D’autant plus que celle-ci est souple. Lorsque le vent arrive du côté, on la voit se déformer sans offrir beaucoup de résistance.

Une rafale de vent provenant de la droite, fait pivoter le pilote vers la gauche.

Le pilote finit par se stabiliser dos au vent! C’est ainsi qu’il offre le moins de résistance au vent.

En fait, un pilote dans son cocon est comme une fléchette à l’envers. Un vent de travers fait pivoter le pilote et tend à le faire twister: par effet girouette.

La position couchée multiplie le risque de twist par 2.

La position couchée et la présence d’un cocon multiplient le risque de twist par 4.

N’oubliez pas que mon point de vue est celui d’un moniteur qui voit tous les jours des incidents de vol. Mais à mon avis, si vous êtes attiré par ce genre de sellette, pesez bien le pour et le contre. Votre forme de pratique justifie-t-elle une telle sellette? Ce choix n’est-il pas dicté par la mode? Est-ce bien raisonnable de se munir d’un cocon pour avoir chaud?

Si vous ressentez la nécessité de vous munir d’un cocon, essayez au moins de choisir un modèle avec planchette et permettant de revenir assis rapidement tout en étant bien maintenu dans la sellette.

Je vous déconseille fortement les systèmes dits “hamac”, sans planchette, qui perdent toute cohésion lorsque vous essayez de vous assoir.

Pensez aussi à vérifier que la poignée de secours reste bien accessible lorsque vous vous redressez dans la sellette. Il arrive que la position assise ne permette pas une bonne extraction du parachute de secours. A mon avis c’est un défaut de construction… Mais on voit ça.

 

Sommaire du chapitre