Accueil - Manuel de Pilotage-Couverture - Sommaire - Les exercices du niveau bleu - Incidents de vol 2ème partie-sommaire - Incidents de vol-11-Conclusion

 Les incidents de vol /10

 

Conclusion

 

Ce chapitre était très dense. Nous avons vu de nombreux incidents de vol avec leurs complications. Nous avons enrichi notre vocabulaire technique. Finalement tout ceci est assez simple. Un pilote averti, qui connaît les réactions classiques d’une aile en fonction des différents incidents de vol, posera un meilleur diagnostic et surtout apportera la meilleure réponse possible face à une situation délicate.

 

C’est tout l’intérêt de connaître par cœur notre plan de réactions:

Bras hauts!

Si vous avez écouté toutes les vidéos, vous commencez à comprendre l’importance du « bras hauts, bras hauts, bras hauts ». C’est la consigne que je donne le plus souvent. Dans plus de 90% des situations, il faut commencer par faire un rapide et vrai bras hauts! Se tenir aux élévateurs, en bras hauts sécurisé est le seul moyen d’éviter les gestes involontaires et de résister au twist.

 

Mais le bras hauts a ses limites!

 

S’il faut libérer totalement les freins pour provoquer la sortie face à un incident de vol, il ne faut pas forcément rester bras hauts, contemplatif. Il y a de nombreuses limites.

 

Les rotations dites « neutre spirale »

La voile ne sort pas toute seule de la rotation (360 engagés). Il faut un  bref mais ample contre extérieur pour provoquer le redressement. Un freinage ample, symétrique et maintenu peut également provoquer un redressement lent.

Les fortes abattées

Elle peuvent déboucher sur des fermetures frontales parfois dangereuses.

 

Après un bras hauts, il faut toujours être prêt à faire une tempo!

 

Certaines formes de parachutales

Les crevettes, les parachutales aux oreilles ou encore et surtout le rouleau de printemps peuvent fortement dégrader le taux de chute. Il faut souvent intervenir avec un coup de frein suivi d’un bras hauts.

 

Les cravates et l’autorotation

Tant que la cravate persiste, elle peut entraîner une rotation involontaire, faire perdre le cap et consommer de la hauteur. Il faut d’abord contrer et prendre le bon cap. Puis nous pouvons essayer deux techniques pour décravater: tirer et relâcher la suspente de stab. Fermer puis rouvrir le bout d’aile concerné. Nous verrons dans un prochain chapitre une 3ème technique qui fonctionne très bien: le décrochage asymétrique. Ce sera l’occasion de revenir sur les cravates et d’aborder les manœuvres d’évitement.

 

Se faire piéger par l’aérologie

Face à une aérologie qui se dégrade, nous allons devoir travailler des techniques pour s’enfuir horizontalement et des techniques pour descendre rapidement. Voyons cela dans le prochain chapitre…

 

 

Sommaire de ce chapitre